Culture Écoféminisme Société & Actu

Définition de l’écoféminisme : quand écologie rime avec féminisme

“Il n’y aura pas de justice climatique sans justice sociale”. C’est une phrase qu’on entend souvent dans les milieux de militantisme écologique. Les enjeux environnementaux doivent prendre en compte les inégalités sociales à travers le monde. Y compris les inégalités entre les genres. En effet, il ne peut pas non plus y avoir une véritable révolution écologique sans prise en compte des inégalités entre les hommes et les femmes. Les femmes étant en première ligne dans la lutte contre le changement climatique, dont elles sont également souvent les premières victimes. L’écoféminisme est né pour faire ce lien entre écologie et féminisme. Il étudie les enjeux écologiques et les questions de justice sociale, notamment les droits des femmes.

Qu’est-ce que l’écoféminisme

Le mouvement écoféministe est né dans les années 1970 aux États-Unis. Il établit le fait que les systèmes oppressifs tels que le patriarcat et le capitalisme sont à l’origine de la destruction de la planète. Pour les écoféministes les oppressions fondées sur le genre et les oppressions environnementales sont étroitement liées. Iels voient des similitudes entre la domination de la nature et la domination des femmes. Ils soutiennent que la lutte pour l’égalité des sexes et la lutte pour protéger l’environnement doivent être menées conjointement.

Ecologie et féminisme = même combat

Les écoféministes pensent que la lutte pour l’environnement doit être menée conjointement avec la lutte pour l’égalité des sexes. Il y aurait en effet des origines similaires aux deux causes. Ainsi les revendications en faveur du droit des femmes doivent s’aligner avec celle liées à la préservation de la nature. C’est le meilleur moyen de lutter contre ce même système patriarcal et capitaliste qui détruit l’environnement et oppresse les femmes.

Karen J. Warren, auteure, chercheuse et ancienne professeure philosophie, désigne une position fondée sur les 4 thèses suivantes :

  1. Il existe des liens importants entre l’oppression des femmes et celle de la nature ;
  2. Comprendre le statut de ces liens est indispensable à toute tentative de saisir adéquatement l’oppression des femmes aussi bien que celle de la nature ;
  3. La théorie et la pratique féministes doivent inclure une perspective écologiste ;
  4. Les solutions apportées aux problèmes écologiques doivent inclure une perspective féministe.”

Les figures de l’écoféminisme

Parmi les écoféministes, on peut citer Vandana Shiva, une écologiste, écrivaine et militante féministe indienne. Elle milite dans le monde entier pour la nature et contre les géants de l’industrie agroalimentaire. Elle a fondé l’association Navdanya qui préserve et redistribue les semences aux paysans. StarHawk est une figure de l’écoféminisme militant et spirituel. Ces femmes ont toutes contribué à faire progresser le mouvement écoféministe, en dénonçant les iniquités du système capitaliste et en appelant à une transformation profonde de nos modes de vie.

Culture écoféministe : les ressources cool pour tout comprendre

Il existe de nombreux livres sur l’écoféminisme, notamment “Ecologie et Féminisme” de Françoise d’Eaubonne et “La Femme et la Nature” de Susan Griffin. Ces livres explorent les différents aspects de l’intersection entre le féminisme et l’écologie. Ils abordent des sujets tels que la place des femmes dans la conservation de la nature, les inégalités sociales et comment celles-ci peuvent être combattues.

Plus récemment, le livre “Reclaim” de Emilie Hache est un recueil de textes écoféministes qui parlent de transformer le monde de manière non-violente et de sororité écologique mondiale. Le livre “Pourquoi les femmes vont sauver la planète – le manifeste éco-féministe“, au titre un peu provocateur recueille les pensées de 27 femmes qui militent pour les mouvements écologistes et féministes.

Dans l’épisode de la chaine de podcast “Nouveau Modèle” , Chloé Cohen a reçu Jeanne Burgart-Goutal auteur du livre « Être écoféministe, Théories et Pratiques » . Vous pouvez écouter l’épisode ici : Nouveau Modèle.

Dans le podcast “La Poudre“, Lauren Bastide discute avec Vandana Shiva de science, de féminisme, d’écologie, de justice environnementale et de désobéissance civile. Lauren Bastide explique que le patriarcat, le colonialisme et le capitalisme sont les trois facettes d’un même système, contre lequel nous devons lutter. L’expérience et la vision de Vandana Shiva viennent compléter cette réflexion qui donne un sens commun à la lutte féministe et au combat écologique. Pour écouter l’épisode : La Poudre.

Vous aimerez aussi