Climat Ecologie

Climat : Quelles sont les conséquences du réchauffement climatique ?

Le dernier rapport du GIEC est sorti le 28 février dernier. Malgré ses cris d’alerte, il a été plutôt invisibilisé dans les médias… Certains d’entre vous sur Instagram m’ont demandé quelques explications pour mieux comprendre les enjeux. Voyons ensemble : quelles sont les conséquences du réchauffement climatique ?

C’est parti pour reprendre les bases. 😉


C’est quoi l’effet de serre ?

L’atmosphère (qui englobe la Terre) est composée de plusieurs gaz. Lorsque les rayons du soleil touchent la surface de la Terre, une partie de ces rayons est absorbée. Une autre partie va être rejetée mais retenue par les gaz à effet de serre qui maintiennent la chaleur en absorbant le rayonnement infrarouge émis par la surface terrestre. Ils permettent donc de maintenir des températures viables naturellement, et donc vivables pour nous (en moyenne 15°C). Sans les gaz à effets de serre, il ferait -18°C, et donc beaucoup trop froid pour qu’on puisse y vivre ! L’effet de serre est donc un phénomène naturel et indispensable à la vie sur Terre.

Effet de serre : conséquences du réchauffement climatique

Les gaz à effet de serre sont essentiellement la vapeur d’eau (qui provient de la vapeur des océans), le dioxyde de carbone (CO2, dont se nourrissent les végétaux), le méthane (CH4), le protoxyde d’azote (N2O) et l’ozone (O3).

Pendant les périodes interglacières, la position de la Terre dans notre galaxie évolue : elle se rapproche du soleil ce qui a pour conséquence de faire fondre les glaciers qui vont libérer le CO2. Ce CO2 s’accumule dans l’atmosphère et fait donc augmenter les températures. C’est un phénomène naturel et normal.

Cependant, s’ils sont indispensables, les gaz à effet de serre commencent à poser problème à partir du moment où il y en a trop. En effet, plus les GES se concentrent dans l’atmosphère et plus les températures augmentent. Et c’est là que les activités humaines entrent en jeux : nous rejetons beaucoup plus de gaz à effet de serre que ce que la Terre est capable d’absorber, ce qui entraine une concentration des gaz à effet de serre. S’en suivent une accumulation de la chaleur et donc une augmentation des températures moyennes à la surface de la Terre. En fait, nos activités humaines sont responsables d’une accélération de la hausse des températures.


Pourquoi parle-t-on de réchauffement climatique ?

Le changement climatique concerne les variations de températures et des conditions météorologiques. Elle peuvent être naturelles (comme on l’a évoqué avec les périodes interglacières), mais depuis plusieurs années il est prouvé que les activités humaines impactent le climat.

Qu’entendons-nous par “activités humaines” ?

Avec l’industrialisation, nous avons commencé à produire de l’énergie à partir de ressources non renouvelables : le charbon et le pétrole. Ce type d’exploitation pose problème car non seulement elles ne sont pas renouvelables (c’est-à-dire qu’un jour où il n’y en aura plus sur Terre), mais en plus leur transformation en énergie rejettent énormément de CO2. On a vu également que les végétaux avaient un rôle extrêmement important à jouer car ils se nourrissent de CO2. L’océan est également un capteur important de CO2 et participe à l’échelle mondiale à la régulation du climat. Donc si on détruit les forêts et qu’on appauvrit les océans, ça accentue le réchauffement climatique.

L’ensemble de nos activités (émissions directes et indirectes de GES + dégradation de l’environnement) perturbent donc le climat.

Hors, ces variations de températures ont des conséquences sur nous êtres-humains, mais aussi sur les écosystèmes.


Les conséquences du réchauffement climatique

Et là, on rentre maintenant dans le détail pas marrant des conséquences de ce réchauffement climatique. En fait il menace plusieurs aspects de nos vies et de notre écosystème.

Augmentation des températures

Les experts du GIEC ont établi que depuis l’ère pré-industrielle (en l’espace de 40 ans), la température moyenne à la surface de la Terre ont augmenté de +1,1°C. Hors, partis comme on est, ils estiment l’augmentation à +4°C. Cette température est une moyenne à la surface de la Terre, ça signifie qu’il y a des zones de la planète où les températures augmenteront davantage, notamment sur les continents qui se réchauffent plus vite que les océans.

Nous ne sommes pas tous égaux face au réchauffement climatique. Une partie de la population mondiale (en moyenne 3 milliards de personnes) est déjà exposée à de fortes chaleurs, ce qui a des effet sur leur santé (notamment chez les plus vulnérables) : déshydratation… Les vagues de chaleur en Europe ont également fait des ravages (avec la canicule de 2003). Imaginez une France où les températures atteignent 50°C en été : il n’y a plus de saison, les terres s’appauvrissent, l’eau devient rare et nous avons du mal à nous nourrir. Le nombre de mort du aux fortes températures pourrait passer de 1500 à 5000.

Migration des populations

Les zones concernées par le réchauffement climatique habitent de nombreuses personnes. S’il fait trop chaud, il faudra qu’elles partent. D’après la banque mondiale, plus de 216 millions de personnes dans le monde pourraient être contraintes à migrer à l’intérieur de leur pays.

Inondations et précipitations

Le réchauffement climatique a aussi des effets sur l’eau et son cycle : quand l’eau s’évapore, elle s’élève dans l’atmosphère. Quand la vapeur d’eau s’accumule dans l’atmosphère, elle va se condenser pour créer des nuages, qui verseront ensuite de la pluie. Dans les zones où il y a beaucoup d’eau, la vapeur d’eau sera plus importante ce sui aura pour conséquences d’augmenter les précipitations. Le risque d’inondation est accentué car nous bétonnons de plus en plus les terres, ce qui réduit sa capacité d’absorption de l’eau. CQFD.

Et plus les températures vont augmenter, plus la fonte des glaces élèvera le niveau de la mer, ce qui rendra d’une part la vie difficile près des côtes (voire impossible), et d’autre part accentuera le phénomène de condensation et donc le précipitations. Près de 1 milliard des personnes vivant en région côtières seront menacés.

Dans les zones avec déjà peu d’eau, il y aura moins de vapeur d’eau et donc moins de nuages. Et donc ces zones deviendront encore plus arides et sèches.

Agriculture

Le manque d’eau impactera directement notre agriculture. Les Terres seront de moins en moins fertiles… Cela qui diminuera directement le rendement de nos productions agricoles. A court terme, on pourrait déjà manquer de vin… Ou de chocolat (enfin de cacao qui pousse que dans des conditions climatiques bien précises).

Biodiversité :

De nombreuses espèces subissent déjà les changements climatiques, la surexploitation et la pollution. Dans un monde à 2°C, de nombreuses espèces sont menacées d’extinction. A 3°C, ce sont 1/3 des espèces terrestres qui sont menacées d’extinctions. Et si la Terre se réchauffe de 4 °C, une espèce sur deux sera menacée d’extinction. En clair, plus on limitera la hausse du réchauffement climatique, et plus on a de chances de préserver la biodiversité. Chaque dixième de degrés compte.

Dans les océans, l’acidification et la hausse des températures impactent déjà les récifs coraliens qui abritent de nombreuses espèces.

Santé :

On ne peut pas vivre en bonne santé sur une planète malade. De plus en plus de maladies peuvent faire leur apparition… Comme les zoonoses (coucou le C.). L’OMS estiment que la migration des moustiques va entrainer une augmentation des morts dues au paludisme. Il y aura de plus de morts dues aux fortes chaleurs, et la qualité de l’eau va se dégrader, entrainant des problèmes. Enfin, une augmentation de l’anxiété et du stress et de maladies mentales, notamment pour les personnes les plus fragiles pourrait également se faire sentir.

En clair : nous sommes tous concernés par le réchauffement climatique. Cependant, là où il reste de l’espoir, le rapport du GIEC nous explique qu’il n’est pas trop tard. A condition que nous mettions en place dès maintenant des mesures qui auront pour objectif une baisse drastique des émissions de gaz à effet de serre.


Une prise de conscience progressive mais des actions insuffisantes

Si on fait un retour en arrière : cela fait plus de 50 ans que les scientifiques nous alertent sur le réchauffement climatique. Le fameux GIEC, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (IPCC en anglais : Intergovernmental Panel on Climate Change) est un groupe qui a été créé en 1988 ! Depuis ils ont rédigé plusieurs rapports pour alerter sur les conséquences du réchauffement climatique?

Les accords de Paris

Pour limiter le réchauffement climatique, en 2015, les Etats se sont engagés à limiter le réchauffement 1,5°C par rapport à l’ère pré-industrielle.

Hors, depuis, et bien il ne s’est pas passé grand chose. Et le peu d’actions mises en place s’avèrent trop peu ambitieuses pour permettre d’atteindre l’objectif initial : maintenir la hausse des températures à +1°C.

Le dernier rapport du GIEC :

Pour rappel, le premier volet du sixième rapport du GIEC est paru en août 2021. Il concluait que le changement climatique était plus rapide que prévu.
Le 2ème volet d’évaluation du GIEC, publié Lundi 28 février 2022, a été rédigé par 270 scientifiques de 67 pays, et validé par les 195 pays membres du GIEC. Il parle des effets du réchauffement climatique et de la nécessité de s’adapter.

Le dernier rapport du GIEC insiste sur le fait que nous devons voir le climat de manière systémique. C’est à dire de manière globale. Il ne s’agit pas simplement de baisser les GES mais bien de modifier profondément notre manière de fonctionner. Le rapport insiste également sur le fait que nous avons encore le choix, mais plus pour très longtemps. Il faut donc agir de manière efficace, et agir vite.


Les Sources

  • Climat : les gaz à effet de serre accélèrent le réchauffement climatique ? – C’est Pas Sorcier
  • Climat: la quasi totalité du réchauffement due à l’Homme – GEO
  • D’ici à 2050, le changement climatique risque de contraindre 216 millions de personnes à migrer à l’intérieur de leur pays – banquemondiale.org
  • Comment le réchauffement climatique va bouleverser l’humanité – Le Monde (ft. Le Réveilleur)
  • Climate Change 2022 : Impacts, Adaptation and Vulnerability – IPCC

Vous aimerez aussi