Culture Green life Société & Actu

Et si on s’inspirait du minimalisme ?

Il est bien loin le temps où nos grands-parents et arrière-grands-parents ne possédaient que quelques objets. Depuis les années 70, les avancées technologiques en matière de productivité et de rapidité ont permis une croissance exponentielle de la production. Pourtant, face à cette course à la consommation, beaucoup ne parviennent pas à s’épanouir. Pour lutter contre le consumérisme et l’abondance, ils sont de plus en plus nombreux à se tourner vers le minimalisme.


L’évolution de nos comportements d’achat

Depuis l’ère industrielle, nous observons une croissance toujours exponentielle de la consommation. Avec l’évolution des transports, nous avons la possibilité d’acheter des produits du monde entier et à des prix toujours plus compétitifs. Notre pouvoir d’achat est plus important et les marques sont de plus en plus nombreuses. C’est pourquoi nous achetons et consommons toujours plus, et surtout toujours plus vite.

Nous sommes une société de paradoxe car nous ressentons le besoin d’accumuler le plus d’objets possibles mais nous avons oublier leurs valeurs. Avant, quand quelque chose était abîmé, on le réparait. Maintenant, on jette et on achète du neuf. Nos comportements d’achat sont largement inspirés de la fast fashion et se sont généralisés aux autres secteurs.

Cependant posséder de nombreux objets n’est pas toujours synonyme de bonheur et d’épanouissement. Le mouvement minimaliste est né pour reprendre le contrôle de cette sur-consommation.


Qu’est-ce que le mode de vie minimaliste

Quand on entend “minimaliste“, on pense de suite à une maison blanche et épurée dans laquelle repose une table, une chaise et un canapé. On imagine la garde-robe du minimaliste constituée d’un jean, trois t-shirt et une paire de chaussures.

En fait, le minimalisme c’est l’art de ne pas s’encombrer d’objets dont on a pas besoin. Ainsi, on apprécie les objets et on les utilise plutôt que de les accumuler.

Retour à l’essentiel

Less is more.

dressing minismaliste

Marie Kondo, par exemple, s’inspire largement du minimalisme. Elle conseille de se débarrasser des objets pour lesquels nous ne ressentons aucune affection et de conserver ce qui, au contraire, nous rend heureux. En valorisant ce que nous avons déjà le minimalisme nous apprend à apprécier ce que nous avons et à les garder. Cela nous apprend à nous détacher des biens matériels, qui ne sont que des objets.

En parallèle, le minimalisme nous apprend à réfléchir avant d’acheter un nouvel objet. Est-ce que j’en ai vraiment besoin ? Est-ce que je ne possède pas déjà un objet qui pourra satisfaire ce besoin ? Et ainsi, de mieux gérer notre consommation.


Le minimalisme = la solution ?

Vivre mieux, avec moins.

le minimalisme

Sans peut-être partir dans un extrême, le minimalisme nous rappelle que n’avons pas besoin d’acheter constamment de nouveaux objets ou des vêtements pour être heureux.

Mais surtout, ne nous mettons pas à culpabiliser à chaque achat. Personne n’est parfait. Collectionner des objets vous rend heureux ? Alors, continuez de les collectionner, pourvu que vous puissiez continuer d’apprécier leurs valeurs.

L’essentiel c’est de consommer avec conscience et modération, mais aussi de faire des choix judicieux en terme d’éthique. L’économe circulaire est un très bon moyen de continuer à consommer de manière intelligente. En effet, elle permet de remettre sur le marché (grâce au recyclage ou à l’upcycling par exemple), des objets qui pourront avoir une seconde vie.


Pour aller plus loin

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *