Culture Environnement Healthy lifestyle

L’impact de la surpêche dénoncé dans le documentaire Netflix Seaspiracy

Bon on va pas se mentir, c’est pas un sujet très léger ! 😅 Avant de visionner le dernier documentaire Netflix Seaspiracy, je comprenais le rôle que joue la biodiversité marine et l’importance de la préserver… Mais je ne me rendais pas compte que c’était “autant”. Nos activités humaines sont entrain de détruire l’un des éléments indispensables à notre survie… Sans océan, on meurt, c’est aussi simple que ça.

Mise en garde : Ce documentaire montre des images choquantes, et difficilement supportables. À ne pas regarder si vous êtes déjà sensible ou si vous êtes facilement émotif. 😉

Seaspiracy est disponible sur Netflix depuis le 24 mars 2021, Journée mondiale pour la fin de la pêche. Voici ce que j’en ai retenu :


🍃 Extinction des espèces

80% de la vie sur la planète est concentrée dans les océans.

Seaspiracy

Seaspiracy dénonce les activités humaines (surpêche, braconnage, exploitation pétrolière…) et leurs impacts sur la vie marine. De nombreuses espèces marines sont en voie d’extinction par notre faute. Hors, elles sont indispensables à la survie de l’océan (et à la notre). Les dauphins, par exemple, sont déjà capturés pour divertir dans les parcs aquatiques. Mais ils sont victimes de massacres, car considérés comme nuisibles par les pécheurs et un frein pour la surpêche. Mais le documentaire parle également de la baleine et du thon.

Netflix Seaspiracy

Les requins sont indispensables car ils régulent les populations marines mais ils sont en voie d’extinction (notamment pour la commercialisation de soupe).


🍃 Ça se passe aussi chez nous

Le reportage parle de la chasse aux cétacés pratiquée sur les côtes japonaises mais sur les côtes françaises, 10 000 dauphins sont tués chaque année à cause de la pêche, soit 10x plus qu’au Japon sans que personne le sache. Manger du poisson, c’est condamner les dauphins qui se retrouvent piéger dans les filets de pêche ou deviennent les proies des pêcheurs qui les considèrent comme nuisibles.


🍃 La pollution plastique, due aux filets de pêche

Bon là, je vais pas vous apprendre grand chose, si ce n’est peut être que 46% du plastique présent dans les océans seraient du aux filets de pêche… Donc oui, il y a trop de plastique dans les océans, mais arrêter d’utiliser des cotons tiges en plastique ou des pailles ne suffira pas, puisque les filets de pêche déversent énormément de plastique dans les océans.


🍃 Arrêter la surpêche

Aucune industrie n’a jamais autant tué autant d’animaux […] Cela a conduit à la quasi extinction de plusieurs espèces. Si la pêche continue ainsi, les océans seront vides d’ici 2048.

Seaspiracy

La conclusion de Seaspiracy est claire : il faut arrêter de manger du poisson. Et de toutes façons, tous les poissons contiennent des métaux lourds (mercure…). La personne qui intervient à ce moment là du documentaire explique que manger du poisson est plus toxique qu’intéressant nutritionnellement. Et pour les éventuelles carences que pourrait occasionner l’arrêt du poisson, les algues suffisent à apporter les apports nutritionnels intéressants de la mer dont on besoin, mais sans les inconvénients… Un régime végétarien est donc préconisé pour notre santé et permettre à l’océan de se régénérer.

Netflix Seaspiracy

Mon avis/analyse : Seaspiracy va-t-il modifier ma consommation de poissons ?

Ceux qui me suivent sur Instagram le savent, je mange systématiquement végétarien à la maison mais il m’arrive de consommer du poisson occasionnellement, au restaurant ou si je suis invitée quelque part. Le documentaire m’a beaucoup remuée c’est vrai et me donne l’impression que notre santé se porte mieux sans poisson.

Le film ne fait que répéter quelque chose qu’on sait mais que trop peu de personnes dénoncent : ce qui pose problème c’est la surpêche, et seule une mobilisation massive des consommateurs permettra de ralentir la destruction de l’océan due à la pêche commerciale. Le documentaire est assez radical, et ne laisse pas la place de penser qu’un pêche raisonnée est possible. Il est donc à mon sens important de varier ses sources d’informations et de prendre du recul par rapport à ce qui est dit. Je pense qu’il faut vraiment arrêter d’acheter du poisson industriel, ça, ça me parait évident. Alors peut-être que manger quelques sushis tous les 6 mois ne seront pas très culpabilisant, mais la question est : avons-nous envie de manger du plastique et des métaux lourds avec ? 😔

👉 Vous avez vu le documentaire netflix Seaspiracy ? Qu’en avez vous pensé ?


Vous aimerez aussi