La question du recyclage dans la station spatiale internationale ou ISS (International Space Station = Station Spatiale Internationale) est un enjeu majeur, tout d’abord parce-que la station est très limitée en espace de stockage, il faut donc minimiser ce qu’on y apporte. Ensuite, chaque ravitaillement a un coût exorbitant : entre 11 000 et 45 000€ le kg ! Et puis, si un jour on espère installer une base scientifique sur la Lune ou sur Mars, il faut à tout prix développer un recyclage maximum des ressources pour pouvoir vivre en autonomie.


Recyclage de l’eau

Le recyclage dans la station spatiale internationale
© NASA/David Higginbotham

Dans la station spatiale internationale, les astronautes ont installé un ensemble de modules permettant de recycler au maximum l’eau utilisée : l’ECLSS (Environmental Control and Life Support System). Un module permet de recycler l’eau et un second sert au recyclage de l’air. Le module dédié à l’eau permet de recycler 93% de l’eau utilisée/générée. Comment ? La station capte et récupère les urines, la transpiration, l’eau de condensation, l’eau nécessaire à la toilette ou à certaines expériences, et la transforme en eau potable réutilisable. Grâce à ce système, on réduit de 65% la quantité d’eau qui doit être livrée par cargos de ravitaillement.

Recyclage de l’air

L’autre module de l’ECLSS permet de créer artificiellement de l’oxygène en convertissant le CO2 expiré par les astronautes en oxygène grâce à un procédé chimique : l’électrolyse. Avec l’électrolyse, on sépare les constituants pour remettre l’oxygène dans la station et rejeter l’hydrogène à l’extérieur de la station.

Transformation de l’énergie solaire

L’énergie électrique nécessaire au fonctionnement en autonomie de la station est produite grâce aux panneaux solaires qui constituent les “ailes” de la station spatiale. Ces panneaux transforment la lumière solaire en énergie électrique, et s’orientent constamment pour capter le maximum de lumière.

Réduction des déchets

Sur l’ISS, on évite tous les produits avec un emballage à usage unique. En effet, la station possède peu de place pour stocker les déchets. Lorsque ce n’est pas possible de recycler, comme avec les vêtements sales, les excréments ou autres déchets, on stocke le tout dans un module qui – une fois plein – se décrochera de la station pour rentrer se consumer dans l’atmosphère terrestre. Et une jolie étoile filante se dessine !

Pratique obligatoire pour limiter ses déchets et sa consommation d’eau : On ne rince jamais ce qu’on utilise (gel douche, shampoing, dentifrice) car l’eau est rare. Par exemple, les astronautes avalent le dentifrice.


L’exploration spatiale est à l’opposé de l’écologie. Si on considère les ressources hallucinantes dont elle a besoin pour construire des fusées à usage unique, des bâtiments et autres modules, l’exploration spatiale pollue de manière importante. On peut tout de même constater que de cette envie d’explorer l’univers naît l’invention de systèmes ou de techniques innovants dont on s’inspire souvent sur Terre. Et grâce aux images fournies par l’ISS, on peux mesurer les changements climatiques. Ainsi, on comprend la fragilité de notre planète et qu’il nous faut absolument la préserver !


Pour en savoir plus sur recyclage dans la station spatiale internationale :


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *