Est-ce que ça vous est déjà arrivé d’acheter un produit sur un site internet mais quelques temps plus tard, vous retrouvez exactement ce même produit sur un autre site (souvent asiatique) mais vendu dix fois moins cher ? On appelle ça du dropshipping.

Pratique très répandue dans le e-commerce, le dropshipping séduit les jeunes entreprises. En effet, il permet de vendre sans avoir à gérer au lancement les problématiques de gestion de stock. Cependant, en basant sa communication sur des arguments trompeurs et un manque de transparence, le dropshipping pose problème. On décrypte.


Qu’est ce que le dropshipping ?

Le dropshipping est un système d’achat tripartite où le consommateur passe commande auprès d’un site vendeur, qui transmet la commande au grossiste qui se charge de la livraison et de la gestion de stock. En résumé : vous passez commande auprès d’un site e-commerce qui lui même transmet la commande à un grossiste. C’est le grossiste lui-même qui se charge de l’expédition de votre commande.

Pour le site vendeur, le dropshipping est pratique car il évite la gestion de stock, et il peut pratiquer les tarifs qu’il souhaite. Pour le grossiste, cette pratique a l’avantage de pouvoir lui permettre de multiplier les canaux de vente.


Pourquoi le dropshipping pose problème ?

En soit, le dropshipping n’est pas illégal et est utilisé par les plus grandes marketplaces. Là où ça ne va pas c’est quand le site n’est pas transparent sur l’origine de ses produits et vous fait croire que vous faites une bonne affaire, avec une promotion exceptionnelle et limitée dans le temps.

Pire encore, dans les achats écolos, c’est quand on vous fait croire que vous faites une bonne action pour l’environnement (en utilisant des arguments green) alors que le produit est expédié de Chine. On parle aussi de Green Scamming ou de greenwashing.


Comment le repérer ?

Il faut surtout faire attention aux fausses promesses et se renseigner systématiquement sur le site marchand avant de passer commande. Une lectrice m’a également remonté que des commerçants pratiquaient le dropshipping sur Etsy ! 😤 Donc n’hésitez pas à creuser, vous renseigner… Posez la question aux vendeurs : où fabriquent-il ses produits, d’où sont-il expédiés… ?

Bon à savoir : le site et application Captain Drop fait une bonne partie du travail en repérant le dropshipping.

1/ Se méfier des promos trop alléchantes, fréquentes et limitées dans le temps

Un site qui vend tout le temps ses produits en promo (et avec des bonnes promos), c’est que les prix sont gonflés et que les prix pratiqués ne sont pas justes.

Ce genre de promotions sont souvent limitées dans le temps, ce qui vous donne un sentiment d’urgence pour acheter. Mais non, au pire le site finit par disparaitre au bout de quelques semaines : il déménage, change de nom et d’url mais continue ses mauvaises pratiques.

2/ Vérifier la crédibilité des avis trop positifs

Sur son site, une marque peut mettre les avis qu’elle veut. Sauf s’ils sont rattachés à un widget de confiance comme celui de trustpilot ou avis vérifiés. Ceux-ci vous garantissent que ce sont bien des clients qui ont déposé un avis. Ci-contre, l’exemple d’un site qui a plus de 11K avis positifs sur son site, mais bizarrement sur TrustPilot, on en a quelques uns qui ne sont pas vraiment d’accord avec ça….

3/ Vérifier les images

Avec Google, faites un clic droit sur l’image et cliquez sur « rechercher une image avec Google ». Ça vous listera tous les sites qui utilisent la même image (et donc potentiellement de répérer les grossistes de type Alibaba, AliExpress etc).

Vous pouvez aussi faire une recherche sur Google images en l’important directement et Google vous proposera des résultats similaires.


Quelques exemples de dropshipping

Malheureusement, avec l’augmentation de l’intérêt pour les produits zéro déchet, on retrouve énormément de dropshipping sur des produits du type : cotons lavables, culottes menstruelles, gourdes…

Voici quelques produits fréquents dans le secteur green mais il y en a beaucoup, beaucoup d’autres…

On en a aussi des grotesques comme celui-ci (merci à la lectrice qui m’a partagé cette pépite sur instagram 😅) :


Les fameuses « Gargouilles » et boules de lavages

Je fais un focus sur les Gargouilles car vous avez été très nombreux sur Instagram à me partager vos retours après avoir acheté les fameuses boules de lavages.

Leurs arguments : Economiques, elles permettent de faire des machines à laver sans lessive. Elles sont écologiques car la marque s’engage à retirer 300g de déchets plastique pour chaque gargouille vendue.

Le hic ? Ce sont des boules en plastique sans aucune preuve d’efficacité (des produits en plastique pour lutter contre le plastique, c’est quand même ironique). Et je vous laisse apprécier la différence de prix lorsqu’elles sont venues directement par le fournisseur.


Si aujourd’hui la marque promet une livraison en 48h (signe qu’ils expédient eux-mêmes leurs commandes), ils ont construit leur modèle à l’origine sur le dropshipping et continuent de pratiquer du greenwashing. Pour une étude plus approfondie, je vous invite à aller lire l’article complet de Mr Mondialisation.

👉 Si vous connaissez d’autres articles vendus en dropshipping, partagez-les en commentaires pour que tout le monde puisse les voir et lutter ensemble contre la désinformation. 😉

D’autres indices permettent de déceler si un site internet ou une marque est fiable. Et si vous avez un doute, n’hésitez pas à m’écrire, on décryptera ça ensemble. 💪


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *